Quand une province réputée pauvre se trouve être la plus chargée d’histoire, de géographies et d’art ; quand une région est réputée être la plus laïque et qu’elle promène ostensiblement le sacré et le religieux ; quand une région sage cache trop de mystères, on s’interroge.
Pourquoi les saints locaux, à l’ouverture de la châsse, viennent titiller les politiques ? Pourquoi la lumière est ici matière première ? Pourquoi une pharmacie gratuite ouvre jour et nuit ? Pourquoi la meilleure eau du monde ne se met pas en bouteille ? Pourquoi Jouhandeau, ce génial méchant, a créé un faux Chaminadour ? Pourquoi, les nuits de pleine lune, dans un bar d’Aubazine, Brive et Tulle se querellent ? Pourquoi les bonnes fontaines et les mauvaises langues, Richard Cœur de Lion et Georges Guingouin, les Anglais et les Arabes, la porcelaine, l’émail et la tapisserie se sont tous et toutes donnés rendez-vous ici ? Pourquoi les limousines ont de si beaux yeux et les culs noirs de si bonnes fesses ? Pourquoi ?
Alors pour voir et pour savoir, Jean Distel a photographié la région dans sa belle robe d’ombre et de lumière, et, impudique, Bernard Pouchèle en a soulevé un pan. Et ce qu’ils ont découvert les a éblouis. Et ça a créé un drôle de livre sur un drôle de Limousin. Une façon de dire le paysage limousin indispensable dans le paysage éditorial.