Nombreux sont les livres, les études, les réalisations audiovisuelles diffusés sur Georges Guingouin. Ils permettent de dresser un portrait objectif de ce personnage historique de la Résistance et du Limousin contemporain. Derrière l’image du Robin des Bois, le chef de guerre et le dissident indiscipliné, se cache le penseur politique. Cet aspect a été peu exploré. Or, Georges Guingouin a inscrit les épisodes successifs de sa vie et ses écrits dans la rigueur d’une pensée sociale et morale en ligne droite. Journaliste, analyste des relations internationales avant la Seconde Guerre mondiale mais aussi des tumultes et des bouleversements politiques de l’après-guerre, il est l’auteur d’un appel à la Résistance dès l’été 1940. Les textes rassemblés dans cet ouvrage manifestent la continuité d’un engagement individuel dans une période qui ne manque ni de volte-face, ni de reniements, et encore moins de désillusions. À ce titre, ils apportent un éclairage que résume parfaitement l’un des ultimes propos de sa vie : « je n’ai jamais considéré l’obéissance comme une vertu communiste ».