En proie depuis plusieurs mois à une sécheresse sans précédent, les habitants de Chantelouve ne savent plus à quel saint se vouer. Surtout, ils soupçonnent Félix Chavignon, leur maire, d’être, par son arrogance et ses magouilles, la cause de leur malédiction. Chavignon n’a-t-il pas fait déplacer la sainte Croix qui veillait sur le pays et obstruer la source de la Terrade que l’on disait miraculeuse ? Surtout, n’espère-t-il pas ainsi ruiner paysans et petits propriétaires et obtenir à vil prix leurs terres ? C’en est trop. La résistance s’organise autour de François Combes, un garçon courageux et instruit revenu vivre au pays. Lui seul, affirme-t-on, saura faire entendre raison à l’irascible maire et à sa bande de canailles. Les hostilités sont déclarées et, surprise, l’épouse de Chavignon, qui n’est pas insensible au charme de François, rejoint la rébellion. Enfin, le ciel se met à son tour de la partie. Mais pouvait-il être en reste ? Soudain, sur les terres craquelées et les prés brûlés, éclate un vrai tonnerre de Dieu. Et c’est à celui-ci, bien sûr, qu’il appartiendra, de manière très romantique, d’écrire le mot de la fin.