Ebranlée par une rupture sentimentale et un licenciement, Alice, jeune trentenaire, décide de redonner du sens à sa vie en partant en Ardèche faire revivre la ferme de son aïeule. Mais à peine s’est-elle installée qu’un rôdeur entre tout à la fois dans sa maison et dans son existence. Un garçon aussi inquiétant qu’attachant, qui va, qui vient, butinant ici et là, comme ces abeilles que la jeune femme a choisi d’apprivoiser sur cette colline odorante, peuplée de bruyères, de thym et d’oliviers. Alice est partagée. Bien trop rebelle pour construire sa vie autour d’un homme, elle souffre. Et cela d’autant plus qu’un halo de mystère entoure les absences, de plus en plus inquiétantes, de son compagnon. Hugo s’éloigne, revient, disparaît à nouveau. Et puis un jour…

Dans ce premier roman écrit avec autant de fraîcheur que de maîtrise, Sophie Rollet dresse bien plus que le portrait d’une jeune femme d’aujourd’hui, soucieuse de son indépendance et de sa liberté, en proie au désir et aux blessures de l’amour. Elle nous invite à partager, avec son héroïne, la beauté des paysages de l’Ardèche méridionale et une complicité de chaque instant avec la vraie nature.