1935. Meggie a trois ans. Bientôt, la p’tite choute, comme la surnomme affectueusement son Papa, fera son entrée à l’école. Elle grandit, entourée d’attention et d’amour, avec ses cinq frères et sœurs, entre Bray-Dunes, la résidence estivale de la famille, et la villa de la rue des Mouettes, à Lille. Sensible et émotive, elle est curieuse de tout, des gens, des choses et même du Tour de France ! Elle apprend à lire toute seule, en glanant ici et là des mots qu’elle entend ou qu’elle voit dans les livres de ses aînés. Elle est comblée lorsque son Papa se libère de ses occupations – il est médecin, mais aussi entraîneur de football, conseiller municipal – et l’emmène à la pêche aux coques ou dans le plus grand magasin de jouets de la cité. Parfois, ils vont même prendre le goûter au Bellevue ! Cependant, une vérité se cache dans les murs de cette maison. Une vérité silencieuse qui va surgir de façon brusque et marquer d’un sceau indestructible la vie des enfants, et particulièrement celle de la p’tite choute. En quelques heures, elle passera de l’innocence à la conscience, de la joie totale à la stupeur désarmante.

Un roman qui bouleverse par la verve, la générosité, la sensibilité, la justesse de son auteur. Cette histoire révèle des êtres exceptionnels qui, aux malheurs qu’ils vivent et qui se déroulent autour d’eux, opposent une arme salvatrice : l’amour.