Élise et Édouard Verniac attendent chaque jour une lettre qui n’arrive pas : celle de leur fils unique, Henri, appelé sous les drapeaux dès la fin de ses études. Huit mois après son incorporation, il revient enfin pour une première permission ! Ses parents ont bien du mal à le reconnaître et à le comprendre… Paula, cette femme rencontrée avant son départ alors qu’elle participait à une opération de secours menée par la Croix-Rouge, lui est devenue essentielle. L’éloignement, les expériences douloureuses et déroutantes de la vie militaire ont modifié les priorités d’Henri qui tient opiniâtrement à inviter son amie. Elle seule parviendra à le rassurer, à lui donner confiance en l’avenir. D’emblée, les parents se montrent réticents à l’égard de Paula qui affiche une personnalité contrastée. Elle passe de l’enthousiasme à la mélancolie, de l’exubérance au silence ; elle se ferme aux autres, puis se livre avec une spontanéité débridée. Elle semble naviguer entre deux mondes et vouloir constamment brouiller les pistes. Qui est-elle vraiment ? Que cache sa désinvolture ? Parviendra-t-elle à adoucir ses blessures d’enfance et à trouver sa place dans la famille des Verniac ?

Un roman poignant sur fond de mystères, de reconstruction de soi et d’amour partagé. Marie Gaston excelle à évoquer le poids de l’existence, ses attentes, ses joies, ses incertitudes. Une histoire jalonnée de vrais moments de grâce et rythmée, au fil des générations, par le pouls de la vie.