1936. Abuelo et ses trois petits-fils vivent pauvrement à Escurial, mais ils sont heureux… Jusqu’à ce que la guerre civile frappe ce petit village et déchire corps et cœurs. À treize ans, Andrès est le témoin de drames irréparables. Sa vie est en danger. Alors avec son grand frère Pablito, ils franchissent clandestinement les Pyrénées et gagnent la France. Ils seront hébergés par un cousin. Mais la tempête continue de s’acharner car ils arrivent dans un pays en guerre. Andrès doit fuir chez des paysans au grand cœur qui cachent une autre enfant, Sarah. Il la prendra sous sa protection, avant de s’engager dans la Résistance.
Lorsque la paix revient, il réalise enfin son rêve et devient peintre. Cependant, rien ne lui apportera le bonheur. Ni le succès, ni les femmes. À l’apogée de son art, pris dans des imbroglios sentimentaux, cet homme, à l’âme brisée, brûlé de l’intérieur, restera toujours un déraciné.
Suzanne de Arriba a rassemblé ici avec maestria tous les thèmes qui sont les siens : les ambiguïtés de l’amour, le deuil impossible de la jeunesse et de ses libertés, le nécessaire apprentissage de la sagesse. Une histoire rendue bouleversante par l’amour et l’humanité qui se dégagent des personnages.