Seul à connaître l’endroit où est caché le magot de la Résistance que les Anglais ont parachuté au cours de l’été 1944, Jacques Daubrac attend patiemment la fin de la guerre. Au moyen de cette bonne fortune, le jeune menuisier-charpentier espère séduire Fleur Guitton dont il s’était entiché mais qui lui avait préféré le dénommé Guitton avant de devenir une jeune et belle veuve.
Seulement voilà : Elise, la sœur adoptive de Jacques, ne quitte pas ce dernier des yeux. Non seulement elle est très amoureuse de lui, mais encore elle épie ses moindres gestes et finit par découvrir à son tour le container de billets. Elle comprend en même temps que Fleur, bien qu’ayant un nouvel amant, ne restera pas insensible au charme sonnant et trébuchant de son frère. Sentant la menace se rapprocher et n’écoutant plus que la jalousie qui la dévore, elle décide de précipiter les événements et de retourner la situation à son profit au prix d’une sombre machination.
Un drame que plus rien ne pourra enrayer va dès lors se jouer, entraînant dans une spirale infernale tous ceux qui ont misé sur « l’argent du ciel ». Et c’est le venin de la terre – mais n’en disons rien ! – qui aura le terrible dernier mot.

Yveline Gimbert nous donne là un roman haletant dans lequel l’amour et l’argent sont unis pour le pire.