Survolté par le quotidien, Tristan arrive à vélo, en plein novembre, dans un village isolé qui ne compte que quelques âmes. Des hommes et des femmes, se tenant eux aussi à l’écart du tourbillon de la vie, auxquels il va se lier et confier l’immensité de sa douleur : exister sans pouvoir vivre. Il meuble sa solitude en vagabondant et en organisant des rencontres festives, qui dérangent les habitudes. Et peu à peu, cet inconnu devient le ciment des habitants. Plus fédérateur encore sera le château, qui, avec ses légendes, son histoire, son restaurateur, sa jeune propriétaire, va insuffler une nouvelle énergie aux villageois. Ils vont ainsi se rassembler autour d’un projet, dans un esprit communautaire, et comprendre que le bonheur est possible, qu’il est simple comme la vie !
Une histoire où des personnages d’une extrême vérité cherchent à se délivrer d’un passé douloureux. Ils trouveront dans le présent et les liens humains les remèdes aux peines de l’existence. Un roman qui s’inscrit dans les grands lointains, ceux qui culminent dans les horizons, ceux dont chaque être a besoin pour se repérer.