Blessé à une jambe près du Chemin des Dames, le lieutenant Gabriel Laplaud est évacué sur les lignes arrières puis transféré à Paris, dans un couvent des Filles de la Charité aménagé en maison de santé. Il y est opéré, soigné, et il y fait la connaissance de Marie Marceau, une jeune novice originaire du Limousin. Bien vite, l’élan de sympathie qui rapproche les deux jeunes gens se transforme en un sentiment plus vif, mais il plonge Marie dans un grand désarroi. Ebranlée dans ses convictions religieuses, la soignante, sans prévenir, décide de s’éloigner… La guerre rappelle Gabriel au front où la violence redouble. Les semaines et les saisons passent, interminables, dans la boue des tranchées. Et toujours cette question sans réponse : qu’est devenue Marie ? Un jour, cependant, Gabriel apprend que la jeune femme est venue à l’Etat-Major demander de ses nouvelles. Le cœur battant, il décide alors de la retrouver. Pierre Rétier nous donne là une émouvante histoire d’amour sur fond de Première Guerre mondiale. Surtout, il tisse avec beaucoup de pudeur et de délicatesse cette histoire d’un amour interdit. Et qui pourtant finit bien, lorsque sonne la fin de la guerre et que fleurissent, avec l’or des premiers genêts, les promesses du printemps.