Maurice Chatelard s’installe au volant de la vieille 2 CV de son père. Il traverse la campagne et débouche sur une lande recouverte de bruyère et d’herbes sauvages, surplombant la rivière. C’est sur ces berges que son père a trouvé la mort. Face à l’indicible, il s’est réfugié auprès de Jeanne et de sa famille, des fermiers qui lui ont offert un bonheur sans pareil. Et pourtant la douleur est toujours présente. Cette absence s’avère d’autant plus cruelle et insurmontable qu’il ne peut se résoudre à accepter un drame resté inexpliqué.
Depuis cette brutale disparition, Maurice s’est révélé un autre homme. Héritier de la fortune des Chatelard et chargé de la gestion d’un imposant patrimoine immobilier, il s’est affranchi des valeurs, des conventions, des préjugés qui régentent les milieux conservateurs de son village, à commencer par sa propre mère. Et il ne s’arrêtera pas là : il est bien décidé à soulever la chape de silence qui recouvre cette tragédie, au risque de déranger le bel ordonnancement de certaines institutions au cœur desquelles se trouvent plusieurs notables, vraisemblablement impliqués dans cet accident.

Deux chemins de vie s’entremêlent avec grâce sous l’effet d’une belle complicité. Une trame narrative dense, un suspens soutenu, Pierre Rétier nous fait partager son goût pour le bonheur et la recherche de la vérité.