Que deviennent, après la mort, les âmes errantes de nos vies minuscules ? D’abord, la vie d’avant n’est pas très loin. On s’y raccroche encore. On fait comme si. C’est un peu douloureux mais souvent très drôle, avec ces compagnons de route monstrueusement ordinaires, attachés à leur petite existence dérisoire qu’ils ressassent indéfiniment. Mais déjà, on n’est plus tout à fait le même, réduit à une voix et un regard, emporté par la grande roue de l’espace, vers des constellations fabuleuses. On s’invente un petit manège en bois qui tourne sur une valse triste, on chante souvent, on s’invite au plus grand festival de films de l’univers où sont projetées les images d’en bas, conscient qu’on a existé pour rien. Une épopée débridée qui jette sur notre monde un regard amer et désabusé. Avec des mots comme des sanglots. Et des éclats de rire comme des glas. Un voyage qui a la beauté insensée d’un imaginaire sans limites.

Max Eyrolle, écrivain, peintre, metteur en scène, directeur du théâtre Expression 7, signe ici son premier roman.