C’est en découvrant que Boisseuil veut dire en fait « la clairière de buis », que Le Châtenet appelle de mémoire la châtaigne, que Les Bessailles portent en eux l’éclat argenté du bouleau, qu’Yves Lavalade a eu la belle idée d’inventorier au cœur de ce que l’on nommait jadis « le règne végétal » les origines de la toponymie en Limousin-Marche-Périgord. On constate ainsi que le chêne, le houx, le noisetier que l’on nomme, d’un lieu à l’autre, avec maintes variantes, ont marqué de leur présence la terre où ils ont poussé.
En nous conviant à le suivre jusqu’aux « racines » de la langue et des végétaux (arbres, arbustes, baies…) qu’il a patiemment recensées, l’auteur nous propose ainsi un bien agreste voyage qui nous conduit à travers l’histoire de l’Occitanie, du Néolithique à nos jours. S’étonnera-t-on, en le suivant cartes à l’appui, jusqu’au Peutrémoulu, à La Planche des Glaives, à la Poche-Besse ou au Tuquet du Breuil de se sentir à la fois dépaysé et en pays de connaissance ? Et de revenir heureux, comme au soir d’une longue marche par les prés et par les champs…