Que savons-nous aujourd’hui de la douceur de velours de la guimauve, du pansement de fine peau que nous offre la joubarbe des toits, des mille et une vertus de la verveine officinale qu’il n’est permis de cueillir qu’après avoir demandé l’autorisation aux esprits du lieu ? Savoirs oubliés à l’orée des villes, perdus aux confins de la mémoire… Pour redécouvrir ce grand livre de la nature, celui que, jadis, on apprenait dès l’enfance, avant même l’alphabet, il faut désormais un guide doué de patience, qui parle avec simplicité, et qui n’hésite pas à s’attarder sur la description d’une herbe de bonne renommée. Tel est le cas de Thierry Thévenin. Agriculteur cueilleur, botaniste de terrain, herboriste méticuleux, ce passionné sait les plantes qui soignent, le moment et la façon de bien les cueillir, les méthodes pour les sécher, les conserver. Mais ne le brusquons pas, ne le pressons pas de nos questions désordonnées. Suivons-le au rythme qu’il affectionne et qui est celui des saisons. Allons, dans ses pas, de la maison à la forêt, de la haie au ruisseau, accompagnons-le jour après jour sur « son » chemin des herbes.Ce livre n’est pas un énième ouvrage sur les plantes médicinales. C’est un livre rare ! D’ailleurs, Pierre Lieutaghi, le célèbre ethnobotaniste qui le préface, n’écrit pas autre chose : « C’est un ami de papier qui, en moins de deux, redevient de bois bien vivant, fait des branches et des feuilles». Christine Achard, illustratrice botanique, Marie-Claude Paume et Cédric Perraudeau, photographes naturalistes, ont contribué à la réalisation de ce Chemin des herbes (prix Paul Sébillot) qu’illustrent 200 photographies en couleurs et 80 aquarelles pleine page.