Dans les années cinquante, le vicomte Louis de Cluzel gère, avec bien des difficultés, un domaine qui s’étend le long de la vallée de l’Ardour, au pied de la montagne de Saint-Goussaud.
Afin de sauver le patrimoine familial, cet aristocrate paysan n’hésite pas à conclure une union avec les Champagnac. Cette famille obéit au doigt et à l’œil à Paul, un personnage rustre qui s’est enrichi de manière suspecte et qui représente l’archétype du parvenu.
Après les fiançailles de Catherine Champagnac et François de Cluzel, le destin place sur le chemin de ce dernier, Marie Fontan, une petite paysanne à la beauté étrange et au charme envoûtant.
De cette rencontre naît une idylle qui va bouleverser les plans des deux familles. Durant de longs mois, les deux jeunes amants vont se rencontrer malgré la surveillance étroite dont fait l’objet François. Dans l’inconscience d’une passion qui dépasse l’entendement, ils en arriveront à occulter le mariage dont la date approche inexorablement.
Partagé entre le désir de sauver la propriété de son père et les sentiments qu’il éprouve pour Marie, François devra trouver en lui la force et le courage qui scelleront à jamais son destin.
Véritable hymne à la passion, ce roman décrit le long cheminement de deux êtres habités par la grâce d’un amour indicible.