Un hiver d’une rigueur sans précédent. Une zone dite « libre » occupée par l’ennemi. Camille, veuve depuis peu, se résout à confier son petit garçon à sa mère qui vit à la campagne, loin du chaos et de la pénurie. L’enseignante s’investit ainsi pleinement dans son travail auprès d’adolescentes attachantes, mais aussi audacieuses et insouciantes. Elle finit par découvrir qu’elles cachent un résistant dans le pavillon d’été du parc du collège. La situation est dangereuse, la sanction s’annonce virulente pour les filles. Elle leur propose de le prendre chez elle. Gravement blessé, une balle dans l’épaule, il a besoin d’un médecin. Le voisin de palier de Camille, le docteur Devillequiers, est mis dans la confidence. La jeune femme, qui pensait que l’amour l’avait quittée pour toujours, tombe sous le charme de son clandestin. Ils vivront une parenthèse enchantée alors qu’à l’extérieur le bruit et la fureur s’amplifient. Rétabli, Emmanuel doit rejoindre le maquis. Camille se reprend à espérer… « Après », ils se retrouveront. Elle ignore que le pire reste à venir…

Mystère, amour et tragédie s’entremêlent dans ce roman dont les personnages naviguent tous à vue sur cette frontière ténue qui sépare la joie du chagrin, la respectabilité de la honte, la vie de la mort.