« De 1940 à 1942, Georges Guingouin a été le « hors-la-loi », l’incarnation de la résistance civile en Limousin. Les condamnations aux travaux forcés – une à perpétuité, puis deux autres de vingt ans – témoignent de l’obstination des tribunaux de Vichy à se débarrasser de cet adversaire. En 1942, il organise les premiers éléments du maquis du Limousin qui allait très vite devenir un des premiers de France, le plus redouté de la police de Laval et de Darnand, celui sur lequel les miliciens et les Allemands allaient s’acharner vainement. Pour la période historique 1942-1944, il est difficile de faire un choix parmi les innombrables faits d’armes du lieutenant-colonel Guingouin. Chef et soldat, il a participé, à la tête de ses troupes, à tous les coups de main, à toutes les embuscades périlleuses, non seulement dans son secteur, mais également et à maintes reprises loin de sa zone d’habitation habituelle. Pendant la bataille du mont Gargan, du 17 au 24 juillet 1944, il a donné, à chaque instant, le plus magnifique exemple d’héroïsme, de maîtrise de soi, au mépris le plus total de la mort. Extraordinaire entraîneur d’hommes que son exemple galvanise, le lieutenant-colonel Guingouin constitue une des plus belles figures de la Résistance. »
Citation à l’ordre de la Libération