Parmi les cinq à six mille « Israélites » français et étrangers réfugiés à Limoges, grande ville de la « zone libre » pendant l’Occupation, se trouvait un jeune rabbin, Abraham Deutsch. Grande figure du judaïsme alsacien, celui-ci, bravant tous les obstacles mis en travers du chemin de cette communauté en détresse, multiplia les initiatives et s’efforça de la réorganiser et de l’encadrer. Bien vite, il en devint le « bouclier », d’abord face aux tracasseries de l’administration de Vichy, puis, dès novembre 1942, face aux Allemands eux-mêmes.
Arrêté une première fois, interné, il parvint à s’évader mais fut bientôt repris et livré à la Milice et aux troupes allemandes envoyées en 1944 à l’assaut du Mont Gargan et des maquis de Georges Guingouin. Mais toujours, le rabbin Deutsch, mû par une force intérieure exceptionnelle, réussit à tenir bon.
Ces années de guerre à Limoges et en Limousin, relatées dans des Mémoires à ce jour inédits, présentés et anotés par Simon Schwarzfuchs, constituent un document exceptionnel. Mis en perspective par Pascal Plas, complétés par des témoignages réunis par Michel Kiener et une étude de Georges Weill sur le parcours religieux du rabbin, les Mémoires d’Abraham Deutsch apportent à ces années sombres un indispensable éclairage.