À lire! La chronique du polar de Thierry Doré est ici.