Seules les pierres savaient, Madeleine Covas

Une équipe d’archéologue ouvre un chantier dans un village des Hautes-Cévennes. Ils sont accueillis par des coups de fusil, et, au château où ils logent, personne ne leur parle…
Une irrésistible histoire de secrets coupables et d’amitiés troubles, aussi juste que touchante, d’une déconcertante et magnifique sincérité, au coeur d’une nature enchanteresse.
Des rencontres, des espoirs, des trahisons, des soupçons, des idylles qui surgissent sans prévenir.
Remarquable restitution des Cévennes, des paysages, du patrimoine, de l’atmosphère et des lumières. La nature apaise tous les maux et les personnages y puisent leur résilience.

Le roman :
Les archéologues venus faire des fouilles dans ce village des Hautes- Cévennes découvrent un pays d’une beauté exceptionnelle, mais aussi de nombreux secrets savamment entretenus. Le comte de Castelmaure vient d’enterrer sa femme, mais personne n’en parle au château où logent les scientifiques, et ces derniers l’apprendront incidemment. Un jour, en plein travail, ils reçoivent des coups de fusil qui ne les feront nullement renoncer à leur chantier, mais qui les rendront juste plus prudents, et toujours plus dubitatifs. De toute évidence, leur présence au château et leurs travaux dérangent. Ils sont entourés de personnages tous plus insolites les uns que les autres, à l’image de Marc, ce mystérieux rosiériste, ou de Mélanie, la gouvernante silencieuse. Et qui est vraiment ce comte ? Mais les jeunes s’entêtent… Grâce à leur métier, ils savent que, si les hommes se taisent, les pierres, elles, finissent toujours par parler.

L’auteur :
Bretonne de naissance, enseignante à la retraite, Madeleine Covas vit aujourd’hui en Haute-Savoie, mais elle a longtemps résidé en Ardèche pour laquelle elle a gardé une infinie tendresse et un pied-à-terre. Avec ce roman, elle espère partager avec le lecteur sa passion pour cette terre de beauté. Elle a pris soin de restituer les aspects les plus enchanteurs de ce territoire : les coulées de lave bleue ou noire, les cratères adoucis par les forêts et les immenses châtaigneraies abandonnées, les calades bordées de genêts et les torrents imprévisibles. Son passé historique l’interpelle aussi, avec ses nombreux sites archéologiques, ses petites églises romanes aux clochers à peigne et ses châteaux.

Retrouvez le dossier de presse ici