Une chronique de Kiaï à découvrir ici.