192 pages ( 152 x 235 mm )
Parution le 10 Mai 2019 -  Région : Alpes 

16,50 € 6,99 €


La Dentellière des prés

Alysa Morgon

Noté 5.00 sur 5 basé sur 7 notations client
(7 avis client)

Quel étrange puzzle que la vie d’Armande, avec ses curieux morceaux à emboîter, pour certains facilement, pour d’autres avec grande difficulté au bas mot ! Mais jamais cette femme ne renoncera à tenter d’imbriquer chaque nouvelle pièce qui se présente. Comme si elle se devait de reconstituer ce casse-tête dans son intégralité. Pourtant, au plus profond d’elle-même, elle sait qu’il manquera toujours l’élément principal, celui qu’elle a fait disparaître un soir de mars dans la forêt. Alors, afin d’oublier tous ses tourments, elle court les champs pour tresser avec adresse les fleurs et les herbes. Ces trésors, que seule la nature lui offre, réussiront-ils à apaiser son cœur et sa tête qu’on dit prise de folie ? Seront-ils le remède à ses maux ?

Un habile et insolite jeu d’ombres et de lumières, de douceur et de fureur, dans ce roman rempli de tendresse et d’espérance. L’amour d’Alysa Morgon pour la nature imprègne chaque page de cette histoire. Et grâce à la poésie qui se dégage de sa plume, l’auteur nous fait cadeau de ce merveilleux sentiment de connaître vraiment quelqu’un qui n’existe pourtant que dans un livre.

16,50 € 6,99 €

Du même auteur

Avis sur le livre

7 avis pour La Dentellière des prés

  1. Note 5 sur 5

    Segolène Bonura

    « …Lorsque j’ai découvert le personnage d’Armande, dès les premières lignes, j’ai été touchée, troublée et émue par cette fillette grandissant sans amour. Et déjà, l’émotion était forte. Mais cette émotion n’était rien à côté de celle que j’ai ressentie par la suite entre la violence qu’elle vivra en tant que femme et ses souffrances en tant que mère… »

  2. Note 5 sur 5

    Claude Ferraro

    Comme à chaque fois que je lis un livre d’Alisa Morgon , je suis emballée. Mais avec La dentellière des prés, je ne l’ai pas lu, je l’ai dévoré.Il m’a bouleversé, agacé, mis en colère, fait sourire, mais également fait rêvé sur ses descriptions toujours très poétiques. Mais en tant que mère et éducatrice au fil des pages je me disais : « non ce n’est pas possible elle n’a pas pu écrire ça… »
    Je n’en dis pas plus pour laisser aux futurs lecteurs l’envie de découvrir ce nouveau roman qui ne laissera personne indifférent.

  3. Note 5 sur 5

    joelle MARCHAL

    Alysa MORGON dépeint à merveille, au fil des saisons, la beauté de la nature dans laquelle notre héroïne trouve la paix et le réconfort en réalisant des compositions florales.

    J’ai littéralement adoré ce roman bouleversant, empli de tendresse et d’espoir, extrêmement bien écrit – comme tous les livres de l’auteure d’ailleurs – sur la condition féminine à l’époque et les secrets de famille. Je l’ai dévoré d’une traite tant j’avais hâte de découvrir la pièce qui manquait au puzzle de la vie d’Armande.

    Je vous recommande vivement ce magnifique roman qui est pour moi un véritable coup de coeur et que j’ai refermé à regret.

    Excellent moment de lecture.

  4. Note 5 sur 5

    Audrit M. José

    Alysa Morgon toujours avec tact, douceur et poésie, dénonce ici la condition féminine aux siècles derniers : il ne faisait pas bon naître à une mauvaise époque, pas si lointaine d’ailleurs, au mauvais endroit, dans un monde de rustres et être une « FILLE » ! Tous les ingrédients pour être considérée comme quantité négligeable. Comment ne pas en perdre la raison ? Est-ce que se rapprocher de la nature et créer des oeuvres d’art peuvent être une bonne thérapie ?
    …Un monde de cruauté et de douceur, de révolte et d’espérance où nos émotions sont sans cesse exacerbées. Il m’est aussi arrivé de sourire parfois avec les réparties bien provençales qui apportent dans ce drame, un peu de gaieté.

  5. Note 5 sur 5

    GUILLAUME

    C’est très émouvant et j’ai tout simplement adoré. J’avais tellement hâte d’arriver à la fin pour savoir comment Mandoue allait s’en sortir.
    Et puis j’ai beaucoup apprécié la façon dont Alysa Morgon décrit la nature, les champs, les fleurs…
    Talentueuse auteure.

  6. Note 5 sur 5

    R Frazy

    Le temps de sa lecture, cette « Dentellière » a réussi l’exploit de m’arracher au marasme. Noeud du roman, les pages 71-73 sont remarquables, d’une beauté poignante, toute en retenue, et d’une efficacité narrative parfaite : pas un seul mot à rajouter ou à supprimer – du grand art. Ce passage rend le lecteur littéralement fou de curiosité. Je n’avais plus qu’une pensée : progresser dans ma lecture, comprendre ce qui s’était réellement passé. Bravo à vous !
    J’ai beaucoup apprécié aussi le clin d’oeil aux fidèles lecteurs, page 100. C’est une marque de complicité aussi discrète que bienvenue.
    Vous connaissez le mot de Somerset Maugham : « Il y a trois règles à respecter pour écrire un roman. Malheureusement, personne ne les connaît. » Je vous soupçonne, Alysa Morgon, d’avoir, vous, quelques lumières sur la question…

  7. Note 5 sur 5

    REIGNIER

    Ce personnage d’Armande m’a pris aux tripes dès les premières pages. J’ai souffert et vibré avec elle…j’ai eu quelque fois envie de la secouer, de l’interpeller……Les mots d’Alysa sont toujours magiques et envoûtants pour décrire les us, coutumes, et les paysages de notre belle Provence ! Bref, un régal que je recommande sans hésitation !

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *