256 pages ( 108 x 178 mm )
Parution le 13 Avril 2018

Achetez ce produit maintenant et gagnez 7 Marguerites!
6.50


Un Fils pour un autre

Claude Rizzo

Noté 5.00 sur 5 basé sur 2 notations client
(2 avis client)

Après quatre années passées sur le front, François regagne les Vosges où il se heurte à une hostilité à peine voilée : avec un seul bras, il n’est plus d’aucune utilité à la ferme… Peu importe, car son devoir l’attend ailleurs: son frère d’armes, Jean, avant de mourir, lui a fait promettre de se rendre auprès de son père. Il part pour Nice. Robert Cassini lui réserve le meilleur accueil. L’avenir de François semble enfin s’éclaircir. Mais, au sortir de la Grande Guerre, tout a changé, tout est bouleversé, à commencer par les gens. François ne sera pas épargné. Spéculation foncière, opérations douteuses, aventures sans lendemain, envahiront ses jours et ses nuits. Perdra-t-il son âme dans ce monde dissolu qui le possède mais qui lui accorde tant de plaisirs ?

Comme dans ses précédents romans, Claude Rizzo nous rappelle que la fraternité puise souvent sa force par-delà les obstacles et la mort.

Achetez ce produit maintenant et gagnez 7 Marguerites!
6.50

Du même auteur

Avis sur le livre

2 avis pour Un Fils pour un autre

  1. Note 5 sur 5

    Agnès

    Je viens de terminer ce magnifique roman. J’ai adoré ! Il y a des rebondissements, on croit connaître le fil de l’histoire…et non ! Et quelle belle histoire d’amour « filial ». Je le recommande vivement. Très bien écrit et de plus, nous apprenons, sans en dire trop, les traditions culturelles de la Côte d’Azur. Vraiment très bien !

  2. Note 5 sur 5

    Beaurepaire

    Très bon roman : les personnages sont attachants et le cadre dans lequel le héros évolue est très bien documenté : on apprend des tas de choses sur le Comté niçois et ses coutumes.. je recommande cette lecture pour qui aurait envie de mieux pénétrer l’univers de la Côte d’Azur et pour le plaisir de suivre le destin d’un Poilu que la Guerre ou «  la grande dévoreuse de la jeunesse européenne » comme dit l’auteur n’en finit pas de marquer aux fers….

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *