160 pages ( 140 x 205 mm )
Parution le 10 Février 2022

Gagnez jusqu'à 14 Marguerites.

10,99 € 14,00 €


Le Piéton du 36

Anne-Marie Mitchell

(13 avis client)

Paris, 2019. Un commissaire, technophobe et alter ego de Maigret. Un lieutenant, crack en informatique. Un légiste qui parle à ses autopsiés. Un photographe, pilier de bistrot. Un fait-diversier, au nez fureteur. Tels sont les personnages d’une intrigue dans laquelle les cadavres, victimes d’un tueur en série, s’amoncellent sur les pages. Sombre et captivant, avec, en toile de fond, le trentième anniversaire de la mort de Georges Simenon. Insolite et surprenante, Anne-Marie Mitchell déjoue tous les codes dans cette enquête jubilatoire.

Chroniqueuse littéraire – sélection pour le prix Hennessy 2021 du journalisme littéraire – et romancière, Anne-Marie Mitchellsigne ici son quinzième ouvrage et nous rappelle, si besoin était, son engagement inaltérable en faveur de la cause animale.

BONUS LITTÉRAIRE : Le lecteur découvrira les premières pages des CHATS DE LA RUE SAINT-SÉVERIN.

Un polar historique dont L’Obs écrivait ( 23/29 juin 2016) : »À partir d’un odieux épisode, Anne Marie Mitchell a composé un roman particulièrement réussi, entre le polar et l’évocation historique. »

Gagnez jusqu'à 14 Marguerites.

10,99 € 14,00 €

Du même auteur

Avis sur le livre

13 avis pour Le Piéton du 36

  1. René Frégni

    Dès l’instant où j’ai eu Le Piéton du 36 entre les mains, je l’ai lu sans respirer tant c’est alerte, naturel, bondissant et à mourir de rire. Dans ce bouquin on avale tout, même les pains aux chocolats, dits chocolatines puisque le protagoniste est toulousain ! Comment Anne-Marie Mitchell, elle qui n’a jamais travaillé dans la police, a-t-elle fait pour fabriquer un ton aussi juste, une si authentique atmosphère ? Et je ne parle pas du chartreux de son commissaire, car, là, elle excelle ! N’est-elle pas connue des lecteurs pour être « la mère de tous les chats » ?

  2. André Rollin

    Ce Piéton du 36 est beaucoup plus qu’un commissaire. Par sa seule présence, il nous apporte une réponse aux atrocités qui nous entourent et au chaos qui nous habite. Anne-Marie Mitchell a réussi, une fois de plus, à brillamment « slalomer » entre des scènes drolatiques et des visions d’horreur.

  3. Jean Contrucci

    Tout y est : l’humour compensatoire de l’horreur, la manière de raconter, la caractérisation des personnages, le lien d’affection qui unit le commissaire et son chartreux. Ce roman policier est une réussite. Bravo !

  4. Jean-Michel Isèbe

    « …. Une écriture vertigineuse, un talent exceptionnel, ça vibrionne à chaque page. Telles se présentent les caractéristiques prédominantes de ce polar irrésistible qui mêle allègrement, avec bonheur et réussite, la drôlerie et un sens aigu de l’actualité ! Et quels personnages, somptueux d’humour grinçant et d’autodérision douce-amère, qui cumulent une clairvoyance acérée et une vision de la réalité d’une profonde lucidité. Le commissaire Noé Jaurèle est franchement d’une exceptionnelle rareté, adorateur de Simenon et fin lettré, louvoyant constamment entre culture brillante et sens du contact génial… »
    Lire l’intégralité de la chronique sur :http://polarmaniaque.e-monsite.com/pages/page-363.html

  5. Lazhar Nahal

    Le style est beau, attachant, et plein d’humour assassin. Il y a largement de quoi faire un bon film noir. Ce qui frappe tout au long de la lecture de ce Piéton du 36, c’est la maitrise de bout en bout de l’image que Anne-Mitchell veut donner de Simenon. Il est dans son roman comme une autorité invisible au rayonnement contagieux, avec une dimension plus grande, une présence plus réelle. Le père de Maigret aurait pu prétendre en être l’auteur.

  6. Anne Deplace

    Intrigue policière tissée avec brio, parfaitement construite jusqu’à son dénouement. L’auteure maîtrise l’art de donner, en quelques coups de brosse, substance et pittoresque à ses personnages tout en maintenant le mystère afin de fourvoyer le lecteur. D’une brasserie sympathique à une scène de crime on ne peut plus sadique, d’une conversation mondaine à l’exploration quasi clinique des mobiles humains les plus sordides, elle nous guide tout en nous égarant entre les méandres d’une langue étonnante, mêlant esprit, digressions, facétie, baroque, culture, argot et inventivité.

  7. Deplace Anne

    A.-Marie Mitchell a écrit là un vrai roman, bigarré et original ! ​Son​ style est un peu celui d’une moderne ornemaniste dont l’ inspiration naîtrait à la fois de l’histoire, l’actualité, la politique, l’ironie et la littérature. Je gage que, même une fois le coupable révélé, vous aurez envie de le relire…

  8. Marie Borg

    J’ai lu le Piéton du 36 d’une seule traite. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un tel roman! Je me suis RÉGALÉE.

  9. Florence Deville-Patte

    J’ai savouré chaque page. C’est, pour sûr, un grand livre. Anne-Marie Mitchell a réussi à décrire ave brio la noirceur de l’âme humaine. Le suspense nous tient en haleine jusqu’au dénouement. Je suis accro !

  10. Jean-Paul Mari

    Je viens de terminer le polar d’Anne-Marie Mitchell. J’y ai retrouvé l’alter ego du commissaire Maigret dont j’ai lu toutes les enquêtes. L’auteur domine la langue, sa culture est immense, et son humour aussi drôle que grinçant. Bravo !

  11. Brigitte Semler

    Avec Anne-Marie Mitchell les chats, les commissaires, les libraires, font bon ménage. Elle leur offre un feu d’artifice de mots, et le lecteur ébahi se nourrit des lieux nostalgiques de Paris hantés par les Maigret et consorts. Hommage non dissimulé à Simenon, ce Piéton-là enquête néanmoins dans le monde d’aujourd’hui, pour le plaisir des fans de l’auteure, et j’en suis…

  12. Lord Arsenik

    « … Le roman brille surtout par la qualité et la beauté de son écriture ; les dialogues sont purement et simplement jouissifs (je pense notamment aux échanges en Jaurèle et son lieutenant ou encore entre le commissaire et son ami médecin-légiste). C’est un plaisir qui ravira les amoureux de la langue française… »
    Lire l’intégralité de la chronique sur : https://amnezik666.wordpress.com

  13. Patricia de Figueiredone

    Une intrigue en forme de puzzle qui nous tient en haleine et nous réserve un coup de théâtre surprenant et dramatique. Dans un style attachant bien à AMM, où nous retrouvons ses passions : la cause animale, mais aussi Brassens et Simenon. Un roman noir qui ne manque pourtant pas d’humour.

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *