224 pages ( 152 x 235 mm )
Parution le 18 Janvier 2019

18,50 € 7,99 €


Sale temps pour les Allemands

Christine Schneider

Noté 5.00 sur 5 basé sur 3 notations client
(3 avis client)

C’est d’une histoire peu glorieuse, longtemps passée sous silence des deux côtés du Rhin, que témoigne ici Werner Schneider, sous la plume de sa fille, Christine. « […] ce livre donne également une consistance personnelle à une lacune historiographique qui est celle du sort des prisonniers de guerre allemands (PGA) en France », précise Beate Klarsfeld dans sa préface. Werner Schneider fait partie de ces 750 000 PGA envoyés en France, dès avril 1944, pour reconstruire le pays que leur armée avait détruit. Détenus dans les terribles camps de la plaine du Rhin, dans des conditions inhumaines, affamés, affectés au déminage des régions côtières, aux travaux industriels ou agricoles, ils ne furent pas traités comme l’exigeaient les conventions de Genève. Si tous feront l’amère expérience de la défaite et connaîtront le processus de dénazification, tous ne sont pas des criminels de guerre. Le voile sur cette sombre page se lève petit à petit. « Nous n’avons jamais cessé de lutter contre l’impunité des criminels nazis, mais nous n’avons jamais demandé ou accepté que l’on persécutât des Allemands parce qu’ils étaient allemands », a déclaré Serge Klarsfeld le 25 mai 2018 lors de l’inauguration d’une stèle au camp de Rivesaltes où furent détenus des PGA. Un récit remarquable, ponctué de références historiques, écrit en toute humanité. Un témoignage de première main pour que « chacun puisse se forger une opinion personnelle de ce qui s’est alors passé, car l’Histoire n’est pas seulement celle des vainqueurs », comme l’écrit Werner Schneider. Werner Schneider a participé au documentaire de l’historien Fabien Théofilakis, Quand les Allemands reconstruisaient la France, réalisé par Philippe Tourancheau, produit par Cinétévé et France Télévisions, et diffusé sur France 2 le 10 mai 2016.

18,50 € 7,99 €

Du même auteur

Avis sur le livre

3 avis pour Sale temps pour les Allemands

  1. Note 5 sur 5

    Marthe

    L’Histoire ne s’arrête pas en 1945. Un livre édifiant sur ce que nos cours d’histoire nous ont caché. Oui « c’était la guerre », mais malgré toutes les horreurs, on ne pouvait pas faire n’importe quoi avec les 750 OOO prisonniers de guerre allemands. Car tous n’étaient pas des nazis mais de simples gars qui ont été d’abord enrôlés dans les jeunesses hitlériennes, puis dans l’armée.. ils n’étaient pas nés au « bon » moment. La suite, on la connait.. Et bien non, on ne la connait pas car ces gars ont subi des atrocités indignes parce qu’ils étaient Allemands. En plus de devoir bosser, déminer les plages, ils n’avaient rien à manger, rien pour se vêtir. Leurs conditions d’hébergement relevaient de la misère totale et pure, etc. Merci à Werner Schneider d’avoir voulu témoigner de cette époque tragique. Aujourd’hui, il a 95 ans, et enfin, on va finir par le croire.
    Et la préface de Beate Klarsfeld est juste exceptionnelle et chargée d’émotions.

  2. Note 5 sur 5

    La Montagne

    Ce livre document est utile pour permettre d’avoir une vue plus globale de la période de la deuxième guerre mondiale.
    La préface faite par Beate Klarsfeld donne du crédit à ce récit poignant.

  3. Note 5 sur 5

    Pampoune

    Le témoignage troublant et terrifiant d’un soldat allemand aux lendemains de la seconde guerre mondiale devenu prisonnier de la France. Plongée dans une part méconnue et tragique de l’Histoire où des hommes ont été méprisés au seul nom de leur nationnalité allemande et de leur statut de prisonnier.
    Un témoignage édifiant et important qui convient d’être lu par le plus grand nombre tandis que la préface de Beate Klarsfeld offre une puissance à l’ensemble qu’il convient de remarquer.

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *