Une belle chronique de l’ouvrage de Béatrice Bourrier à retrouver ici.